Empêcher le clic droit

Corse

Porto-Vecchio — Les trésors cachés de Santa Giulia

Enclavée au fin fond du Golfe de Santa Giulia, la superbe plage du même nom est le terrain de jeu estival préféré de nombreux voyageurs.
Élue régulièrement parmi les plus belles plages d’Europe, elle fait incontestablement partie des paysages idylliques de l’Île de Beauté.

Des fonds marins tels un nuancier de bleus du plus clair au plus profond, dans une baie paradisiaque couverte de rochers, le décor est planté.

Tout droit sorti d’une carte postale, le lieu ressemble à s’y méprendre à une plage des Seychelles. La roche façonne la perspective, marquée naturellement par une étendue de bleus, dont on ne sait définir la finalité.

Les prémices de l’été se font sentir, le rythme lent et doux des vacances à l’horizon, les premiers voyageurs esquissent un sourire subtil, à la volupté de l’avant-goût de cette joyeuse oisiveté.

Des kilomètres de sable blanc immaculé bordent ainsi la baie de Santa Giulia, encore parsemée de posidonies en ce début de saison, preuve de la quiétude des lieux l’hiver et de la qualité des eaux.

À l’état sauvage en hiver, le paysage se redessine de mille façons aux beaux jours laissant la béatitude ambiante se mettre au diapason d’un rythme saisonnier endiablé. Quelques adresses permettent toutefois d’observer à distance l’affluence tout en se délectant du charme de l’une des plus belles plages au monde.

 

Le Moby Dick

Subtilement dissimulé à l’abri des pins parasols, le Moby Dick est un havre de paix.
Il offre une vue imprenable sur le lagon bleu turquoise de Santa Giulia.

Enveloppé de bois, il s’accorde à l’environnement végétal comme par enchantement. La sérénité de ses chambres discrètes, épurées et ornementées de touches de bois succinctes fait sens, la loggia bénéficie d’une vue sur la lagune, ou directement sur la plage. Comme une invitation à la pause, à la rêverie.

La singularité des volets en bois coulissants comme ultime séparation avec le monde témoigne de la volonté d’une architecture en harmonie avec l’environnement. Imbriqué ingénieusement dans la nature.

La faune et la flore sont omniprésentes ici, et même si les espèces se font timides lors de la haute-saison touristique, la proximité de l’étang longeant la crique est une chance car elle abrite une biodiversité relativement élevée.

Le Moby Dick est un lieu paisible, conciliant chic et raffinement, modernité, simplicité et caractère.

 

La Table du Moby Dick

Non loin de là, à l’ombre des pins, on se love dans de moelleux canapés pour siroter des cocktails en attendant le coucher du soleil.

Le cadre est parfait, la clientèle plus éclectique encore. Nul besoin de résider à l’hôtel pour profiter des lieux.

Côté restaurant, produits frais, pêche du jour et saveurs ensoleillées se déclinent à la carte pour dévoiler des mets simples et savoureux.

L’Oasis Santa Giulia

Dans une démarche totalement engagée, ce bar de plage met l’accent sur des produits en circuit-court issus de l’agriculture biologique de proximité.

Depuis son ouverture en 2016, l’Oasis a su émerger et se développer pour devenir une sorte de refuge, à l’écart de la foule. Tendance, avec un concept novateur éco-responsable et valorisant les produits locaux et la saisonnalité, on y vient se détendre, et déguster de bons produits, tout en profitant d’un cadre de rêve.

Délicieusement installés sous le parasol de notre transat donnant sur la mer, c’est l’heure où l’on somnole, l’heure où le soleil est intransigeant, où il frappe les peaux avec violence, sans aucune indulgence, l’heure où la chaleur caniculaire indispose, ne permet aucune autre activité que le repos des corps.

La salade de fruits frais et le thé glacé viennent adoucir la température. Le brownie déstabilise, tant par son goût que sa consistance, il embaume le cœur et comble les désirs gourmands à la perfection.

Tout au long de la journée, la détente est de mise au cœur de cet oasis atypique.

Restaurants étoilés, bars chics, nuits endiablées, Porto-Vecchio est la star incontestée de l’île en été. Lieu d’amarrage préféré de riches propriétaires de yachts, elle n’en reste pas moins une petite ville cloisonnée à ses fortifications, qui, au-delà de son émancipation, bénéficie d'une position stratégique entre mer et montagne.

À l’intérieur des terres, l’ampleur de ses reliefs, avec notamment la région de l’Alta Rocca, le lac de l’Ospedale, et les Aiguilles de Bavella, lui permettent de souffler et de prendre le frais, loin de l’agitation et la chaleur estivale.

 

Cet article est réalisé dans le cadre d'une collaboration,
tous les choix éditoriaux, écrits et photographiques me reviennent librement.


 

Cet article vous a plu ?
Partagez-le sur Pinterest !