Voyage d'un autre temps à bord du Steam Ship Sudan

Début décembre, j'ai eu la chance de pouvoir m'envoler pour une petite semaine en Égypte, découvrir le pays mais surtout les beautés du Nil à bord d'un incroyable palace flottant, et ce grâce à Voyageurs du Monde, en compagnie de chouettes blogueurs : Manu & Seb de Miles & Love, Vio et Chris de Wild Birds Collective
Outre de belles rencontres, ce voyage m'a permis de comprendre les vraies valeurs du pays, de découvrir une incroyable culture, et par-dessus tout d'être émerveillée par le Nil... ce Nil majestueux, celui dont on m'avait tant parlé. Mais ce voyage n'aurait pas eu la même saveur, s'il s'était passé sur un autre bateau que le Steam Ship Sudan...

Pour commencer le voyage, voici une petite vidéo que je me suis amusée à faire lors de ce voyage :

Il y a des voyages qui vous touchent au plus profond de votre cœur. Qui vous ramènent à des bonheurs simples, à la vie. Des voyages qui semblent tellement irréels et hors du temps, mais qui sont tellement beaux et authentiques que l'on a du mal à y croire.
C'est ce que j'ai vécu le mois dernier, en embarquant sur le plus vieux bateau à vapeur du Nil. 

L'histoire

C'est l'histoire d'un bateau au destin hors du commun, cet authentique vapeur a déjà vécu plusieurs vies. Construit au XIXème siècle pour la société Thomas Cook & Sons, il fut l'un des premiers steamers à naviguer sur le Nil à la Belle Époque du tourisme égyptien.
Le bateau est l'un des piliers de l'époque et coule des jours heureux sur ce Nil où le nombre de croisières afflue. Suite à la Seconde Guerre Mondiale, il sera ensuite contraint de rester à quai pendant plus de 50 ans. Il faudra alors attendre les années 2000 pour que Voyageurs du Monde s'y intéresse, le rénove et fasse le pari de le remettre à flot. Ce merveilleux bateau, cet emblème du tourisme fluvial n'était pas destiné à mourir sur les quais du Caire... Depuis, il s'est refait une beauté, s'allégeant considérablement mais gardant toujours l'esprit et le bon goût de l'époque.

Mort sur le Nil

Si ce bateau vous dit quelque chose, ce n'est peut-être pas par hasard. Et pour cause, dans les années 1930, la romancière Agatha Christie effectue une croisière sur le Sudan avec son mari, c'est à bord de celui-ci qu'elle y trouvera l'inspiration du fameux Mort sur le Nil.

L'authenticité

Atmosphère raffinée, mobilier d'époque, avec une touche colorée qui rehausse sa modernité. Ce qui m'a le plus marqué sur ce vapeur, c'est cet esprit que l'on retrouve à chaque recoin du bateau. Du salon-bar qui nous transporte au siècle dernier, à ses chambres parfaitement harmonieuses, les boiseries, les cuivres, tout ici a été étudié pour que l'on soit emporté à une autre époque. Même le personnel est en osmose avec les lieux. On retiendra, hormis leur gentillesse légendaire, leur sourire vrai, jamais figé, sans fin, qui donne du baume au cœur.

Prendre le rythme du pays

La lenteur, c'est elle qui pour moi caractérise toute cette croisière. Descendre lentement le Nil, havre de paix, si paisible, s'arrêter visiter les joyaux archéologiques de l'Égypte Antique. Prendre le temps. Savourer chaque minute passée ici, où des milliers d'images défilent au rythme de la vie. Perdre toute notion de superflu. Faire un voyage ici, c'est faire un voyage hors du temps, c'est un voyage intérieur fort qui se vit avec les yeux et se ressent avec le cœur.

Lorsque j'ai embarqué sur le SS Sudan, comme on l'appelle familièrement, je savais que le voyage serait différent. Différent de ce que je fais habituellement, différent aussi de ce que j'essayais d'en imaginer. Je savais que ce serait un voyage authentique, à proprement dit, mais je ne savais pas que j'en serais bouleversée.
On m'a souvent parlé des croisières sur le Nil, surfaites, qui proposent toutes les mêmes prestations à des prix défiants toute concurrence. Vous savez, ces croisières qui n'ont pas d'âme, pas de charme, sur lesquelles on va pour ses prix modérés, pour être là, sur le Nil, visiter les merveilles de l'Égypte, telles des colonies de vacances, et que l'on oublierait presque au retour.
Ces croisières, c'est à peu près tout ce que je fuis, ce dont je n'ai jamais rêvé...
Le Steam Ship Sudan lui, m'a réconcilié avec les croisières, ou du moins l'idée que je m'en faisais. Voyager à bord d'un tel bateau a quelque chose de féerique, tout y est si paisible, c'est une appréciation de la lenteur et du temps que l'on remonte... 
De l'aube au crépuscule, les paysages tous plus beaux les uns que les autres, défilent sous nos yeux. Fluctuants d'un instant à l'autre, on ne peut se résoudre à s'assoupir un instant de peur de passer à côté de quelque chose... 

Les journées se suivent mais ne se ressemblent pas, au fil de l'eau, entre dégustations de thés et de pâtisseries, on révise notre culture égyptienne, on salue les enfants qui nous font des coucou depuis les rives, on s'isole parfois, brièvement dans nos chambres, (jamais longtemps tant le spectacle dehors est saisissant), on se retrouve dans le salon, ou sur le pont supérieur, on papote, on prend le soleil, on bouquine... 
La navigation est parfois entrecoupée de visites de temples, de villes, de souks, l'occasion de rencontrer la population locale, de négocier un chèche... Le retour sur le Sudan est toujours un moment de plaisir, toujours une surprise, ce petit quelque chose qui fait la différence, une collation, un petit mot, des attentions par-ci, par-là, il n'y a pas à dire, ici nous sommes choyés. 
Ma chambre est un doux rêve, un mélange de modernité et d'ancien qui fait voyager dans le temps. Un tant soit peu qu'on se prendrait presque pour Agatha Christie...
Je me souviens de ces instants, ces bruits au travers des portes, ces odeurs... de ces courtes heures de sommeil réparateur, de ces instants furtifs de relâche, de doux moments de rêverie, de ces felouques que nous croisions... mais surtout de ces prières.
Ces sons qui, une fois de retour à la maison, font toujours échos dans nos têtes, comme si on les avait emportés avec nous, des bruits de foules, de résonances chantantes, une dimension auditive forte qui rappelle chaque moment passé dans ces lieux.
La première fois que j'ai été réveillée par la prière, j'ai cru que mon cœur allait s'arrêter. Dans un silence parfait, dans un sommeil profond, j'ai été extirpée de mes rêves, violemment... Je me souviendrais toujours de ce moment particulier, où l'on ne sait plus très bien où l'on se trouve, et où l'on sent son cœur se serrer. Puis l'on s'habitue, on apprécie cet air chantant, qui peu à peu prend place dans notre esprit.

Après la découverte du bateau, vient le temps des rencontres...
On se découvre les uns les autres, on se raconte nos petites vies, au rythme doux et mélancolique de la navigation. On échange des sourires, des blagues, on rigole avec l'équipage, les autres voyageurs. On se dit qu'on resterait bien là, indéfiniment. Car même si le temps s'est arrêté, il faudra un jour revenir à la réalité... 
Autour d'un cocktail, on se dit qu'on a de la chance d'être là, que le temps qui nous est donné ici est précieux, que l'on doit l'apprécier à sa juste valeur. 

Chaque jour est une nouvelle découverte, une nouvelle étape, une nouvelle ville, un nouveau temple.
Le ballet incessant de paysages indécents par la fenêtre de ma chambre est une inoubliable rencontre avec la nature. De berges à des plaines aux allures irlandaises, l'on passe littéralement à des montagnes de déserts... Puis il y a ces couleurs, un Nil "d'huile", ici rien ne vient troubler la beauté de ces eaux, en accord avec le ciel, parfois bleu, bleu-gris, pas un nuage à l'horizon, jamais, un bleu qui se dégrade au fil des heures, et qui termine sa journée par une explosion de couleurs... Chaque soir ici, on assiste à un spectacle déroutant. D'abord on croit que le soleil est parti comme un lâche, nous laissant planter là. Blasés. Puis la magie opère... des couleurs flamboyantes nous encerclent, il y en a partout. Du rose, du rouge, du prune, du violet... je suis envoûtée.

Merci à Voyageurs du Monde et surtout à la merveilleuse équipe du Steam Ship Sudan, pour avoir fait de cette semaine un rêve éveillé.
Retrouvez tous mes articles concernant l'Egypte ici.

Informations & réservations :
Steam Ship Sudan - La Dynastique
 
www.steam-ship-sudan.com

Crédits musique :  Ypey by Mellow (from Café del mar Dreams)


Padoune

Corsica, 28 Avenue du Mont Thabor, Ajaccio, Corse, 20090, France