Empêcher le clic droit

Palawan : Découvrir El Nido dans l'Archipel de Bacuit

El Nido est devenue en quelques années la destination incontournable des Philippines.
Au Nord de Palawan, ce petit coin paradisiaque, aussi sublime soit-il, mérite t-il tout l’engouement qu’on lui accorde ?
Une chose est sûre, il ne vous laissera pas indifférent.

Voyage effectué fin 2016 - début 2017

Noël 2016, nous nous envolions pour les Philippines, à la découverte d’un pays qui nous faisait rêver depuis longtemps, et que l’on avait hâte de découvrir.

L’île de Palawan y était pour beaucoup, puisque c’est une vidéo de la Baie de Bacuit publiée par l’office de tourisme qui nous a fait choisir la destination, un an plus tôt.
Vouant une véritable obsession aux pitons rocheux et aux eaux turquoises, autant vous dire qu’il ne m’a pas fallu longtemps pour succomber aux charmes des Philippines.
Ce qui a surtout fait pencher la balance, était le fait que le pays était encore préservé du tourisme de masse.

Je vous avais brièvement présenté la destination dans mon itinéraire de voyage aux Philippines, entrons désormais dans le vif du sujet, avec le récit de nos trois jours à El Nido et dans l’archipel de Bacuit.

Palawan, de Puerto Princesa à El Nido

Après plus de deux jours de voyage, nous arrivons (enfin) à l’aéroport de Puerto Princesa au centre de l’île de Palawan ; il est seulement 9h25 mais il faudra encore compter près de six heures en van pour rejoindre le nord-ouest et la petite bourgade d’El Nido (Le Nid). C’est l’option que nous choisirons. Légèrement plus cher que le bus, il est cependant plus confortable et son trajet plus rapide, variant entre 5 et 6h. Nous optons pour la compagnie Lexus Shuttle, dont nous avions eu de bons échos, après nous être acquittés de 500 pesos par tête.

Le mini-van est climatisé à fond, c’est une habitude aux Philippines, malgré les 30°c extérieurs, on a toujours besoin de vêtements d’hiver pour braver les températures hivernales des bus, voitures, restaurants… Nous trouvons le temps excessivement long, exténués par les innombrables heures de voyage, nous subissons les nids-de-poules, les arrêts permanents de notre chauffeur, la climatisation, etc., on essaie malgré tout de lutter, d’observer les paysages qui défilent par la fenêtre, mais nous nous endormons tout le long du trajet, nos yeux se ferment bien malgré nous…

Il est 17 heures lorsque nous arrivons à El Nido sous un bel orage tropical.
Une des premières leçons à retenir de ce voyage est que le pays est sous l’influence de micro-climats, donc même si la saison est censée être favorable, vous n’aurez jamais la certitude d’avoir une météo uniforme tout au long de votre journée, à tout moment un orage peut débouler, et quinze minutes plus tard c’est comme s’il ne s’était rien passé… il suffit juste d’y être préparé, et nous ne l’étions pas forcément.

Réveillés par une bonne douche, nous partons à quelques minutes à pieds explorer le centre, nous nous rendons au El Nido Boutique & Art Café pour réserver notre excursion pour le lendemain puis partons à la recherche d’une bonne adresse pour manger. El Nido, tout comme les Philippines en général, n’a pas une cuisine locale très originale. Du fait de son histoire et ses récentes colonisations et influences hispano-américaines, sa culture culinaire est sûrement l’une des moins asiatique du continent. On y mange beaucoup de viandes grillées au barbecue (majoritairement du porc et du poulet), accompagnées de légumes et de riz, rien de bien folichon, je vous l’accorde.

Alors à El Nido, haut-lieu touristique de Palawan, le local a fait tout doucement place à de la cuisine internationale, de nombreux expatriés de France et d’ailleurs ont fait le choix de venir vivre ici, y ouvrir des commerces, bars, restaurants, l’attractivité de l’économie locale et de son mode de vie en a inspiré plus d’un, on y trouve donc assez facilement de la cuisine italienne, française, etc…

L’axe principal du centre-ville regroupant toutes les meilleures adresses du coin étant restreint sur quelques kilomètres, à l’heure du dîner il faut souvent faire la queue devant les restaurants pour pouvoir espérer y entrer.
Notre premier choix se portera sur la pizzeria Altrove Express, le seul endroit où nous avons pu manger à une heure appropriée, de toute manière, nous étions trop fatigués, et nous ne rêvions que d’une chose : aller dormir. Notre excellente pizza con funghi ingurgitée, nous reprenons la route en direction de notre hôtel : El Nido Beach Hotel, trouvé en dernière minute, très bien situé puisque nous nous trouvons face à la plage principale d’El Nido.

 
 

La Baie de Bacuit

Notre première vraie journée à Palawan débute ce mercredi avec une journée dédiée à l’activité phare des lieux : le island hopping.
El Nido est entouré d’un merveilleux archipel constitué de nombreux ilots de plages et karstiques appelé Bacuit Archipelago — L’Archipel de Bacuit. C’est ici que se trouvent les plus beaux spots de plongée et plages de rêves de l’île.

L’Island hopping est une activité incontournable aux Philippines, il s’agit de partir en excursion à bord d’un petit bateau local appelé “bangka”, à la découverte de plusieurs îles de la baie, le temps d’une journée. Les tours se déclinent en plusieurs itinéraires, il en existe 3 ou 4 à El Nido, selon les agences, mais elles se valent plus ou moins toutes, en terme de prix, et proposent généralement le même circuit.
Celui-ci incluant un départ à 9h et un retour vers 16-17h comprenant le déjeuner du midi. Je vous en reparle plus en détails très prochainement.

La veille, nous nous étions rendus au El Nido Boutique & Art Café pour y réserver notre tour. Nous avions choisi le Tour C permettant de découvrir les îles de Matinloc et Tapiutan, Secret Beach et Hidden Beach.
Le temps est toujours instable, nous attendons au point de rendez-vous sur la plage d’El Nido avec quelques personnes de notre groupe, la bangka nous attend un peu plus loin au large, mais il y a des vagues et nous devons la rejoindre à pieds, par nos propres moyens… en prenant soin de tenir notre matériel hors de l’eau. Après ce ramassage un peu chaotique sur la plage, dont nous avions eu peu d’informations en amont, nous voici prêts à naviguer pour la journée, affûtés de nos superbes gilets de sauvetage orange.

Le premier arrêt consistera à faire du snorkeling dans une jolie crique bleu turquoise, des bancs de milliers de petits poissons nagent avec nous au milieu de ce récif corallien. Pendant ce temps, notre équipage commencera à préparer le déjeuner sur le bateau, l’odeur du barbecue parfumant l’air nous donnant ainsi déjà envie de remonter à bord.

Le second stop est fabuleux, je n’ai jamais vu une eau aussi transparente.
Des vendeurs de noix de coco, jus et autres rafraîchissements ne tarderont pas à nous accoster, ils sortent de nulle part, avec leurs kayaks aménagés de glacières artisanales. La plage est minuscule, et de nombreuses autres bangkas jetteront l’encre ici aussi à l’heure du déjeuner. Le sable est peuplé d’un mélange de coraux et coquillages absolument incroyables, on tente de se frayer un chemin à travers eux, sans se faire mal aux pieds. Je suis stupéfaite par la couleur de la roche, d’un gris anthracite serti de reflets lui donnant un aspect tendant vers le mat.
Je pourrais rester des heures ici, à observer la nature, m’émerveiller de ces paysages, tous ces détails si particuliers d’une île riche de splendeurs. Ces couleurs qui magnifient un peu plus la destination, ne la détournant pas le moins du monde de son image de carte postale, bien au contraire.

Après un bon repas sur la plage de Talisay, nous enchaînons les sessions de snorkeling, nous ne pourrons pas accéder à Secret Beach à cause du mauvais temps, les vagues empêchent l’entrée par la petite cavité permettant d’y accéder. Et le circuit ne comprend pas non plus Hidden Beach ce jour-là, fermée momentanément pour cause du tournage de l’émission Survivor. À la place, nous irons apprécier un joli coin de Matinloc Island. Le ciel est noir, l’orage menace de gronder une fois de plus, l’équipage nous propose alors de faire un arrêt sur Helicopter Island avant de retourner à El Nido. Mais un imprévu nous empêche de repartir, notre encre s’est coincée dans des coraux, un jeune homme de l’équipage plonge pour tenter de la décoincer manuellement, sans même réfléchir, mais il descend trop vite et à une certaine profondeur, ce qui lui fait perdre connaissance.

La solidarité philippines nous apparaît alors clairement, quand des collègues d’une autre compagnie sont arrivés à toute vitesse et ont plongés pour l’aider à remonter à bord et pratiquer quelques gestes de secours, sauf que son tympan a dû être abîmé puisqu’il saignait de l’oreille. Nous étions tous un peu choqués, et tentions d’apporter notre aide, lui prêtant nos serviettes pour le réchauffer et autre réconfort comme nous le pouvions, un peu sonné il a voulu reprendre le cours de l’excursion normalement, mais nous avons insisté pour qu’il rentre vite voir un médecin… Impensable pour eux, le boulot c’est le boulot, et la santé vient après… c’est ce qui nous est apparu comme évident quand on les a vus réagir.
Pas moyen de négocier quoi que ce soit, nous nous sommes arrêtés quand même nous baigner, balader un peu sur l’île avant de rentrer à El Nido, mais nous n’avions pas le cœur à ça.

Encore une soirée vaine en recherches de restaurants… nous sommes arrivés à l’heure de pointe, quand tout le monde fait la queue devant les entrées, mais nous avons finalement trouvé place au Art Café, la cuisine n’avait rien d’extraordinaire. Un poulet au curry plus tard, nous rentrons nous reposer pour être en forme pour notre deuxième journée d’excursion.

En ce jeudi matin, le temps paraît toujours aussi instable, nous sommes toujours aussi dégoûtés d’être au paradis sous un ciel tout gris à prendre la flotte. Mais nous ne perdons pas espoir, au programme de la journée, mes lagons préférés de la Baie de Bacuit situés sur Miniloc Island : Small and Big Lagoon. Mais ce sont aussi les plus visités, il va donc falloir ruser et se frayer un chemin.
En patientant avant notre embarquement, nous achetons un dry bag supplémentaire dans une petite boutique. Avec toute cette eau, ce ne sera pas du luxe pour protéger appareils et drone.

Aujourd’hui nous faisons le Tour A avec El Nido Paradise, réservé à l’avance sur internet. Le capitaine nous propose de faire le circuit à l’envers, comme nous sommes partis en retard, si l’on commençait par Big Lagoon il y aurait beaucoup trop de monde, alors nous reviendrons à un autre moment de la journée pour être plus tranquilles.

Notre premier spot sera le Secret Lagoon, la bangka nous dépose devant une magnifique plage de l’île de Bebeladen, qu’il faudra rejoindre à la nage pour ensuite découvrir un mini lagon entouré de roches. On y restera plusieurs minutes avant de partir en direction des splendeurs de Miniloc.
En vue sur notre droite, Simizu island, nous ne nous arrêtons pas pour tenter une approche des deux plus beaux lagons sans trop d’embouteillages.

 
 

Nous mettons donc le cap vers Small Lagoon, entre soleil et pluie. Une fois sur place, nous nous transposons dans un kayak et nous dirigeons vers ce fabuleux lagon : un vrai paradis au milieu de la jungle. Une fois à l’intérieur, nos voix résonnent entre les parois des karstiques, mais lorsque règne le plus grand silence, les sons de la jungle se font vite sentir. On imagine une ribambelle d’animaux sauvages, reptiles, oiseaux peuplant ce drôle d’endroit presque sorti d’un film. La balade est incroyable, l’eau d’un bleu cyan dont on ne distinguera jamais le fond, et on rêverait pouvoir passer des heures ici, prendre le temps, être seuls, que le lieu nous appartienne quelques instants. On tarde un peu, on prend notre temps pour en faire plusieurs fois le tour, l’apprécier intensément, le photographier. Malheureusement le ciel s’assombrit et il se met à pleuvoir. La comédie ne durera pas longtemps, et le ciel bleu réapparaitra aussitôt après quelques minutes. On reste là autant que l’on peut. Mais l’heure du déjeuner approche, et il faut rebrousser chemin pour rejoindre une minuscule plage où nous attend notre buffet de ce midi, encore un joyeux festin qui s’improvise sur cette plage investie par notre équipage le temps de déjeuner.

Nous prendrons le temps de digérer dans une petite crique à mi-chemin entre le Small et le Big lagoon. Un temps de snorkeling nous est de nouveau accordé, nous profitons du retour du beau temps pour savourer cet instant de baignade. Puis, il est enfin l’heure de se rendre à Big Lagoon, le plus beau, le plus grand, le plus populaire des lagons. À cette heure un peu avancée de la journée (15h), les bangkas sont moins nombreuses mais il y en a tout de même assez pour se rendre compte que c’est le lieu le plus fréquenté de l’archipel. Le coin a l’air splendide, mais malheureusement le soleil a déjà basculé à l’est et les pitons rocheux font de l’ombre à l’eau d’ordinaire bleu turquoise et transparente. On apprécie de pouvoir nager ici en toute tranquillité, même s’il faut l’avouer, nous sommes un peu frustrés de ne pas avoir découvert le lagon ensoleillé, paré de ses couleurs originelles.

Notre dernière étape de la journée sera la plage de Seven commando beach, un très bel endroit avec ses petites cabanes en bois, et sa balançoire. On s’y calera un moment, en dégustant un jus de buko (une noix de coco jeune) et une barre chocolatée Choco Mucho (la base).
Nous remontons sur la bangka au moment où le soleil décline, et le trajet retour se fera avec un magnifique coucher de soleil en arrière-plan. Un délicieux moment pour rentrer à El Nido, plein de gratitude.

On retournera à l’Altrove mais version classique cette fois, pour dîner. Des pâtes au pesto totalement locales bien évidemment ^^ et pour finir on se baladera au fil des coupures de courant dans les petites ruelles obscures d’El Nido en se laissant tenter par une crêpe nutella peanut butter banane (la totale). La digestion promet d’être mémorable.

L’entrée de Big Lagoon

seven-commando-beach-palawan-el-nido-bacuit.jpg

Dernière journée à El Nido, nous prenons le temps de flâner, faire quelques achats et visiter les alentours aujourd’hui, fini la bangka. On fait alors le tour des marchés, épiceries, on découvre des sapins de Noël originaux, une église, et une vie locale effervescente. À mesure que nous nous rapprochons de la mi-journée, la chaleur se fait de plus en plus présente, on décide alors de négocier un tuktuk pour nous conduire à Nacpan Beach. Nous ne trouvons pas de tarif intéressant, et acceptons finalement de payer 1 500 pesos à un jeune chauffeur pour faire un aller-retour.

Nacpan Beach

Après une partie de trajet sur route goudronnée, nous empruntons un chemin pour rejoindre la plage jonché de nids de poule et de boue, et pourtant cela ne décourage pas notre chauffeur qui a, semble t-il, l’habitude.
45 minutes de trajet en tricycle plus tard, nous y voilà.
La plage de Nacpan Beach, tout le monde en parle ici, c’est un peu un incontournable à ne pas manquer, alors oui bon, pour notre part bof hein, ça casse pas des briques. Nous qui pensions trouvé là une plage idyllique, telle que l’on a pu en voir dans l’Archipel de Bacuit, du sable blanc, des coraux et une eau spectaculaire… que nenni! Rien de tout cela ici. Du vent, des vagues énormes, du sable pas très doux sur des kilomètres à la ronde… bref, il s’agit plutôt d’une plage pour surfeurs que pour des amateurs de lieux paradisiaques.
On y étale tout de même nos serviettes, on sait déjà que l’on ne s’y baignera pas, vu la taille des vagues, et il vaut mieux afin d’éviter d’être portés disparus. Au bout de plusieurs minutes, il y fait tellement chaud que la bronzette en devient limite insupportable, on est proche de la suffocation, même si l’air est ventilé, impossible de rester sur le sable sans prendre de bain, on abandonne.

Heureusement, quelques cabanes ont été aménagées pour se restaurer, bouquiner à l’ombre, ou boire un verre, nous n’avons pas fait tant de route pour repartir aussitôt. Nous allons donc déjeuner chez Prince, des calamars frits et du riz, accompagnés d’un bon banana shake pour moi, et d’une bière pour lui.
Nous repartons avec notre chauffeur, qui nous attendait, s’octroyant une petite sieste à l’ombre des cocotiers, avec d’autres amis tuktuk. Évidemment, comme on aime bien l’aventure, nous avons droit à une petite crevaison en chemin (aahhh, merci les nids de poule…)
Un peu inquiets, on se demande bien comment on va rentrer à El Nido… mais c’est sans compter sur la ruse et l’efficacité sans faille des philippins. Ni une, ni deux, nous descendons du tricycle, et l’on découvre de nombreuses cachettes secrètes à l’intérieur de celui-ci qui pourtant semblait bien vide et dépourvu de rangements, mais ceux-ci étaient situés sous nos fesses, dans notre dossier, ou que sais-je encore. Le dossier de notre siège improvisé en guise de cric, une chambre à air changée en une minute chrono, notre jeune chauffeur nous a impressionnés. Ici, n’importe qui est le roi de la débrouille, le philippin est malin, bricoleur, habile, il se crée sa radio mp3, invente un groupe électrogène, trouve un système D à tout. Il n’y a pas de problèmes, que des solutions. Et on en a décidément tous les jours la preuve.

 
 

Las Cabañas Beach (Maremegmeg)

Assez tergiversé, il nous reste peu de temps pour profiter d’El Nido et ses alentours.
On décide d’aller plutôt voir les plages plus au sud d’El Nido, plus exactement Maremegmeg Beach, plus communément appelée Las Cabañas Beach, tirant son nom du resort le plus célèbre des lieux.

Un trajet en tricycle pour Corong-Corong coûte environ 150 pesos pour s’y rendre, mais nous allons un tout petit peu plus loin et négocions avec le jeune philippin qui nous a conduit à Nacpan Beach, qui nous fera 200 pesos l’aller-retour.
Seulement, entre le trajet Nacpan-El Nido, notre arrêt à l’hôtel, puis la route jusqu'à cette plage, l’heure a sacrément filée.

On essaie d’arriver avant 17h30 à Las Cabañas pour pouvoir faire la zipline… il n’est même pas 17h lorsque nous arrivons dans le coin, mais l’entrée pour la fameuse tyrolienne n’est plus autorisée, 17h30 étant l’heure du dernier départ, et non de la dernière entrée… à savoir que l’accès au site prend du temps, il faut, de la plage, monter de nombreuses marches avant de pouvoir arriver tout en haut, une nouvelle déception s’ajoute donc à la liste de mes erreurs à El Nido, je suis dégoûtée.

Mais bon passons. Allons nous trouver une petite adresse sympa pour voir le coucher de soleil. À peine nous arrivons sur le sable que des bars occupent déjà l’espace, et la musique à fond nous refroidit un peu, l’ambiance “boîte de nuit” en fin d’après-midi non merci, on trace notre route… le long de la plage, de grandes barrières laissent présager de futures constructions, le lieu est trop parfait pour ne pas y songer, mais il perdra sûrement de son charme, un peu plus loin on aperçoit des cabanes, et en fond la zipline et ses derniers participants.

Tout au bout de l’étendue de sable, la plage qui semblait s’arrêter se profile toujours plus à l’horizon, l’arrondi de son angle nous permet désormais d’apercevoir la côte ouest, dégagée de Depeldet island, depuis le bar de Las Cabañas.
L’endroit semble parfait pour buller et profiter du coucher de soleil, ce sera notre choix pour conclure cette journée. Nous voici donc à siroter un cocktail, dans un lieu paradisiaque où flottent des milliers de karstiques sur tout le panorama.

Nous ne le savons pas encore, mais nous allons assister au plus beau coucher de soleil qu’il m’ait été donné de voir. Une carte postale authentique, les cocotiers, la plage, les couleurs absolument fabuleuses du rose et du violet rencontrant l’obscurité et la lumière, tout y est, et nous aussi, nous y sommes, cela paraît tellement irréel. Ce moment restera à jamais gravé dans ma mémoire.

Les incontournables

Faire du island hopping dans l’archipel de Bacuit — Vous choisissez les tours que vous souhaitez faire la veille et le lendemain matin vous partez en bangka avec un groupe, il y a 3 ou 4 tours proposés selon les agences, les plus connus sont le tour A et le C, mais selon les agences vous pouvez aussi les combinés et en faire deux dans une journée.

Faire du clear kayak — Plus cher que le kayak classique, mais avec une eau aussi limpide, quel plaisir de découvrir les fonds marins de la sorte. Plusieurs adresses de location avec tarifs à l’heure, la demie-journée ou la journée. Art Café, Corong-Corong, Happiness Beach Bar, etc…

Randonner à Taraw Cliff — Le gros caillou juste au-dessus de votre tête c’est lui, Taraw. Libre à vous de faire la randonnée en solo ou accompagnés. Ce n’est pas une randonnée classique comme on l’entend par chez nous, mais il y a beaucoup de roche, des parois auxquelles s’agripper, c’est un petit mélange de marche et d’escalade, mais en quelques minutes vous aurez une magnifique vue sur Le Nid.

Faire de la zipline — La fameuse tyrolienne que je rêvais de faire, se trouve à Maremegmeg Beach, mieux connue comme la plage de Las Cabañas. Veillez à ne pas arriver trop tard, la zipline ferme à 17h30 mais il faut y être 30 minutes voire 1h avant pour s’assurer de pouvoir en faire. (9h - 17h30)

Buller sur les plages de Corong-Corong et Las Cabañas — Situées au sud d’El Nido, elles sont sublimes, on y trouve de chouettes adresses pour se restaurer ou boire un verre, et surtout, elles sont orientées ouest, et offrent chaque soir de merveilleux paysages au coucher du soleil.

Mes bons conseils

Pas mal de déceptions dues à un timing beaucoup trop serré, malheureusement nous ne pouvions faire autrement, bloqués par nos dates d’excursions pour remonter jusqu’à Coron. Dans l’idéal j’aurais au moins ajouté une journée supplémentaire à El Nido.

Bref, les Philippines c'est l'aventure vous l'aurez bien compris, ne pas sous-estimer la météo et surtout : prendre le temps. C’est une destination qui demande patience, temps et adaptabilité. Ne pas vouloir trop en voir, trop en faire, rester raisonnable et prêt à modifier ses plans sur place en cas de pépin, c’est la base.
À El Nido, vous ne manquerez de rien (sauf d’un peu d’électricité, plusieurs fois par soirs, mais les groupes électrogènes ne sont jamais bien loin), les boutiques ont tout ce qu’il faut pour vous satisfaire, vous pourrez facilement réserver vos excursions sur place, et faire votre itinéraire au jour le jour.

Concernant le Island hopping, essayez de négocier une bangka privée sur la plage directement, si vous trouvez des voyageurs que cela intéresse, n'hésitez pas à vous rassembler pour partir ensemble et partager les frais, ce ne sera pas forcément moins cher, mais vous serez plus tranquilles, et libres de votre circuit ! C'est ce que nous avons fait à Coron et on ne le regrette pas on a pu voir les sites que l'on voulait très tôt et sans personne, c'était merveilleux…

Les tricycles ne coûtent rien, mais négociez toujours pour ne pas qu'ils prennent l'habitude d'enfler les prix, vous arrivez généralement à avoir les prix que vous voulez avec un peu d'assurance et de bla-bla!

 
 

Mes bonnes adresses

Ce n’est pas à El Nido que vous ferez les meilleures expériences culinaires, ni les meilleures affaires, mais quelques lieux sont à retenir, au cas où vous ne sachiez pas trop où aller.

Altrov’e restaurant, ou son annexe, Altrov’e express — de la cuisine italienne, pasta, pizza et autres produits directement importés d’Italia. C’est toujours dommage de devoir manger une pizza à l’autre bout du monde, mais vous verrez qu’à El Nido les choix seront vite limités, essayez de trouver mieux, mais le cas échéant,

Art Café — À la fois boutique de souvenirs, épicerie, agence d’excursions, bar…
À son étage se trouve également un restaurant, tout ce qu’il y a de plus classique, mais nous avons été un peu déçus par la qualité des plats.

Las Cabanas bar — Situé devant l’une des plus belles vues du coin, ce bar est en fait le bar d’un resort caché juste derrière dans la végétation. Parfait pour boire un verre en fin de journée, lorsque les couleurs du ciel commencent à rosir.

Prince restaurant — À Nacpan Beach, une petite adresse locale qui peut faire peur mais où l’on y mange très bien. Mention pour le banana shake.

Happiness Beach Bar — Cuisine méditerranéenne et Moyen-Orient que je m’étais notée sans avoir pu y aller. Houmous et falafels à tester.

El Nido Beach Hotel — Parfaitement localisé sur la plage principale d’El Nido, vous pourrez tout faire à pieds dans le centre.

República Sunset Bar — À tester, un joli spot pour voir le coucher de soleil.

Mezzanine El Nido — Une chouette terrasse avec vue, de bons cocktails et une cuisine internationale sans chichis.


 

Cet article vous a plu ?
Partagez-le sur Pinterest !

 

Padoune

Corsica, 28 Avenue du Mont Thabor, Ajaccio, Corse, 20090, France