La Corse des origines : l'authentique Sartenais-Valinco

Après vous avoir donné un aperçu de l'entrée du Golfe du Valinco avec la Tour de Capu di Muru, partons aujourd'hui plus au sud découvrir les origines de ce territoire.

À seulement une heure et demie de route d'Ajaccio, la micro-région du Sartenais-Valinco est un territoire composé de trois vallées, qu'elle partage également avec le Taravo pour créer le Taravo-Sartenais-Valinco. C'est un endroit que je connais relativement peu, à vrai dire il m'en reste surtout quelques souvenirs d'enfance, de balades en famille, de moments plutôt vagues, assez lointains, parsemés dans ma mémoire. Souvent l'on y passe en voiture, sans y prêter attention, on en connaît l'histoire, mais sans véritable grande passion.
Et puis un jour on grandit, et on aimerait (re)découvrir ces paysages, avec des yeux d'adultes, des yeux attentionnés, avertis. Comprendre l'histoire de ces pierres typiquement sudistes.
L'occasion m'en a été donnée lors d'une excursion proposée à la journée au départ d'Ajaccio par Air de Corse, accompagnée de deux autres blogueuses, Ghjuvanotta & Gwen 2a, afin de découvrir l'authenticité de cette micro-région que l'on ne présente plus, réputée pour sa culture, ses paysages mais aussi son histoire et de très nombreux vestiges attestant de l'occupation humaine préhistorique.

Plusieurs routes permettent de se rendre dans ce territoire, une route principale et des routes secondaires, pour varier les plaisirs, nous empruntons la côte en longeant le Golfe d'Ajaccio, puis celui du Valinco en passant par Acqua Doria et sa jolie route plutôt singulière. Nous n'avons pas choisi la journée la plus lumineuse qui soit, mais qu'importe, la verdure et les couleurs du printemps ne manquent pas de nous rappeler la saison dans laquelle nous évoluons. À bord de notre monospace, notre guide Alex nous énumère les espèces les plus connues de notre maquis, tout en approfondissant notre connaissance sur notre passé et culture corse. Dès lors que nous approchons d'une plage, d'une tour génoise, d'un village, il ne manque pas de nous raconter des petites anecdotes à leur sujet, ainsi que de nous contraindre à des quizz, où nous avons été, il faut le dire, assez pathétiques, on mettra ça sur le compte du réveil matinal...

SITE PREHISTORIQUE DE FILITOSA

Notre première visite de la journée sera le site préhistorique de Filitosa, site le plus connu de notre île, haut-lieu de la préhistoire corse.

Classé Monument Historique, le site regroupe la moitié des statues menhirs armées et environ le tiers des mégalithes de Corse. Impressionnant de par son relief, sur un terrain jalonné sur lequel jonche une nature débordante de vie, des oliviers, fougères et autres espèces se remarquent sur la propriété de la famille Cesari.

De nombreux vestiges sont découverts à la suite de fouilles débutées en 1954 par le CNRS, elles révèlent alors des traces d'occupation de plusieurs civilisations à partir du néolithique et de l'âge de bronze. Mais pour en revenir à notre visite, on suit le parcours au gré des pavés, et des bornes audio qui nous en apprennent un peu plus sur ces vestiges, dans un vaste milieu naturel, d'où l'on se surprend à rêvasser au son des oiseaux mélangés à ceux semés le long du circuit. Un vrai plaisir olfactif, auditif et visuel.

La première rencontre est celle d'une statue menhir armée, la deuxième plus volumineuse de notre île, s'en suit la découverte d'abris sous-roches, probablement les premiers habitats, en poursuivant notre balade on se retrouve devant le monument central, sur lequel des fragments de statues menhirs ont été relevées. De là, la vue est impressionnante, on découvre l'immense vallée au milieu de laquelle prend racine un olivier millénaire considérable. À son pied, se trouve un alignement de cinq statues menhirs.
En poursuivant un peu plus loin, un promontoire rocheux, qui faisait office de carrière de granite nous fait face, ainsi qu'un rocher à la forme étrange d'un dinosaure.

Au retour, on ne manquera pas de visiter le petit musée archéologique, dans lequel des vestiges, qui témoignent des différentes époques de l’édification du lieu, sont entreposés.

SARTENE

Notre matinée se poursuit en direction de Sartène, ville corse par excellence, car comme l'indiquait Prosper Mérimée elle serait « la plus corse des villes corses », étonnant pour une ville qui m'accueille avec un bar nommé Route 66 et, un peu plus haut un restaurant de spécialités portugaises, j'avoue ne plus trop savoir où je suis... hahaha
Je ne me souviens pas de la dernière fois où j'ai visité Sartène, cela doit faire vraiment très longtemps, je n'ai même plus la moindre idée de comment elle se compose. Alors, c'est avec beaucoup de curiosité que je m'avance en son centre, à la découverte de ses grandes maisons en pierre, ses boulangeries, ses bars populaires...

J'apprends grâce à Alex que c'est la plus grande commune de Corse, en terme de superficie, et la onzième plus grande commune de France. C'est juste fou. L'étymologie de son nom remonterait probablement à la même origine que le nom Sardaigne, liée aux ancêtres des étrusques. C'est aussi la sous-préfecture de Corse-du-Sud.

On déambule au milieu de ruelles pavées, parfois désertes, l'architecture de la ville surprend, construite sur d'énormes blocs rocheux, la ville se structure de part et d'autres de remparts, on y découvre la Place de la Libération, lieu de rencontre des sartenais, en suivant la voûte de l'hôtel de ville on se retrouve dans le quartier de Manichedda, un lieu tout mignon, dans un enchevêtrement de ruelles, liées les unes aux autres.

Après avoir découvert la vieille ville, on entre au cœur de la tradition, en visitant la célèbre église Sainte-Marie, dans laquelle sont exposées la croix et la chaîne portées par le pénitent du Catenacciu. Pour rappel, la ville de Sartène est principalement connue pour sa procession (Catenacciu), chaque vendredi saint, illustrant le chemin de croix et la montée du Christ au calvaire. On profite de l'heure pour aller déjeuner, avant de reprendre la route...

Après avoir repris des forces, on quitte Sartène en direction de Belvédère-Campomoro, sur le trajet, nous faisons une halte du côté du fleuve U Rizzanese, pour voir une merveille architecturale. Il s'agit d'un pont pisan (et non génois, comme beaucoup le disent) : A spin'a cavallu « le dos du cheval ». Classé monument historique, il est l'un des ponts les plus connus de Corse (perso, je ne le connaissais pas, comme quoi ^^), il enjambe le Rizzanese et permettait, d'antan, de rejoindre les pieve de la Rocca, de Sartène à Arbellara.

CAMPOMORO

La dernière étape de notre journée sera plus douce, plus édulcorée, plus bleue... puisqu'on ira jusqu'à Campomoro, visiter sa célèbre tour génoise, il s'agit de la plus grande tour de Corse, elle domine le Golfe du Valinco.

Je connaissais déjà ce petit coin pour y être venue deux ans plus tôt, en randonnée. Et aujourd'hui encore il demeure dans mon cœur comme un petit paradis, à préserver.
J'y consacrerai d'ailleurs un article prochainement, dans lequel je vous parlerais de mon amour pour cette plage, ses couleurs, son ambiance particulière... Elle est, à ce jour, celle qui a su conquérir mon cœur, la plus belle plage de l'île à mes yeux.

On baladera le long de sa baie, avant d'emprunter le petit sentier qui mène à la tour et aux autres sentiers du littoral. La journée s'achèvera à la suite de cette visite, une chouette journée où j'ai pu faire de jolies rencontres, et où l'on aura bien rigolé. Une journée riche en histoire, sur les traces d'un passé ancestral mystérieux dont on saisit toute l'importance.

Ce qu'il faut savoir

  • Le site Air de Corse propose des excursions individuelles ou collectives (exclusivité monospace ou en autocar), à la journée, au départ d'Ajaccio (et même carrément en 4x4 hors des sentiers battus).
  • Le repas du midi n'est pas inclus, vous êtes libres de déjeuner où bon vous semble ou d'apporter un casse-croûte.
  • Des excursions vous sont proposées à la journée ou demie-journée, à partir de 10€.
  • Choisissez ou composez votre excursion sur mesure, sur leur site internet.
  • Pour l'excursion Filitosa, Sartène et Campomoro , comptez 79€ en exclusivité monospace.
  • Si vous le souhaitez n'oubliez pas de visiter le Musée de Sartène (non inclus dans la prestation mais faisable dans la journée).
  • Non loin de là se trouve également un autre site préhistorique très important, sur le plateau de Cauria et son dolmen de Funtanaccia, n'hésitez pas à y faire un tour si vous êtes de passage.

Cet article est réalisé dans le cadre d'une collaboration avec Air de Corse, tous les choix éditoriaux, écrits et photographiques me reviennent librement.


Padoune

Corsica, 28 Avenue du Mont Thabor, Ajaccio, Corse, 20090, France