Empêcher le clic droit

Revoir New-York

Retourner à New-York dix ans après notre premier voyage.
Revoir cette ville qui nous a tant chamboulés.
Laisser se dessiner les contours d’un voyage plus introspectif que d’ordinaire.
Voir avec nos yeux d’adultes ce qu’est devenue la ville verticale, si elle a changé autant que nous, nous avons changé.
Tel est le défi de ce voyage familial printanier.

 
 

Dix ans.
La vue brouillée sur des souvenirs restés figés, dans un coin de notre tête. Ce petit bout de ville qui a tout fait basculer, si précipitamment. Il y a dix ans que nous avons foulé le sol américain pour la première fois, Newark, Septembre 2009, les prémices d’un premier voyage lointain, la peur de l’inconnu, de passer des frontières, ignorer ce que cela allait signifier, dans le présent comme dans le futur. Retour dans le passé, d’un voyage émouvant, qui me semble-t-il, était hier.

Nous savions qu’un jour nous y retournerions. Mais cette date anniversaire marque quelque chose de très fort.
Un nouveau passeport, un nouvel élan, mais surtout une nouvelle perception des choses, et du monde. J’ai hâte de revoir la belle New-York avec mes yeux d’adulte.
Un regard certainement plus posé, mais aussi plus terre-à-terre. Mais j’ai peur aussi.
Peur d’être déçue, choquée, troublée, ou les trois à la fois.

Un retour a toujours quelque chose de significatif, que ce soit dans l’affect ou dans l’attention que l’on y porte visuellement, une relecture nous fait entrevoir les lieux différemment, et même découvrir des choses que l’on aurait pu ignorer la première fois. C’est un nouvel apprentissage, une nouvelle manière d’appréhender un endroit, de le retrouver. Pour New-York ce sera aussi l’occasion de faire l’approche de la ville de façon plus anecdotique, moins touristique, mais aussi pouvoir se perdre autour de ses blocks, dans ses cafés, ses rues à l’alignement parfait, et découvrir des endroits que l’on n’avait pas eu le temps de voir, par le passé.

Ce sera également l’occasion de pouvoir comparer la ville telle qu’elle l’était en 2009 et telle qu’elle l’est en 2019.
Prenons exemple de la One World Trade Center qui n’existait pas à cette époque, seul un trou béant nommé Ground Zero laissait promettre un lieu de recueillement en hommage aux victimes du 11 Septembre 2001.
L’endroit était déjà très émouvant en 2009, qu’en sera-t-il aujourd’hui avec le Mémorial et Musée du 11/09 ?

De nouvelles constructions se sont hissées vers le ciel, et d’autres seront même inachevées lors de notre séjour, une ville en perpétuel mouvement, une ville aux mille visages qui évolue avec son époque, tout en gardant son histoire, ses nombreuses immigrations, son architecture et ses réservoirs s’imposant au milieu des nouveaux buildings, comme une force que tout oppose.

Il est temps de dévisager New-York, d’en redessiner les contours, de vibrer fort avec elle, tenter de retrouver ces sensations éprouvées plusieurs années auparavant, lorsque tout était naïf, frêle, à fleur de peau. Se laisser guider par son nouveau-moi, qui lui est plus dur, plus exigent, moins tendre. Formé par dix années de pérégrinations, d’émotions fortes, d’amour inconditionnel et de déceptions, et surtout par la vision d’un monde en changement, un monde affaibli, des petits pas et parfois des grandes désillusions qui ont défini ce que nous sommes aujourd’hui.
Déambulons ensemble sur les pavés new-yorkais, voir ce qu’elle a de neuf à nous apporter.