Visiter Rome en trois jours

On a profité de quelques jours de répit pour partir en vacances, et, sur notre trajet entre Paris et Amsterdam, faire un arrêt dans la jolie ville de Rome.
Une ville où l'histoire et l'architecture sont au cœur du patrimoine culturel.
Je vous donne mes petits conseils pour en profiter le temps d'un long week-end.

Le parcours - Les lieux visités

Nous n'avions pas tout à fait trois jours pour visiter la jolie ville de Rome, notre vol arrivait en début d'après-midi un samedi, il eut fallu d'abord, une fois les modalités d'arrivée effectuées, prendre un train qui nous mènerait en 30 minutes jusqu'au centre-ville, puis marché un moment jusqu'à notre hôtel, se poser et partir enfin en balade à travers la ville. Ajoutez à cela la fatigue, les recherches diverses, les moments à demander notre chemin, la fin d'après-midi se fera déjà plus proche.

  • Jour 1 : Le Quirinale & la Fontaine de Trevi
  • Jour 2 : Il Tridente - Le Panthéon - La Piazza Navona - Le Capitole - Quartier du Colisée 
  • Jour 3 : Colisée & Cité du Vatican

LA FONTAINE DE TREVI

Première rencontre avec Rome, il pleut, il ne fait pas très chaud, le mois de novembre est fidèle à son climat mais contrairement à ce que j'aurais pensé, des touristes sont là. Et en grand nombre. Faut croire que la ville est victime de son succès été comme hiver. Nous voici aux abords de la Fontaine de Trevi, lieu emblématique de la ville avec le Colisée.
Être impressionnée par l'immensité des colonnes, de l'architecture, ce n'est que le début, mais un début bien prometteur, d'une ville à l'architecture unique, qui dépasse tout ce que l'on peut imaginer. Il y a foule, les vendeurs à la sauvette le savent mieux que quiconque, ils sont partout, "un petit sourire au polaroïd pour une souvenir près de la fontaines mesdames et messieurs ?" quelques gouttes se mettent à tomber et nous voilà poursuivis par une armée de vendeurs de parapluies... Assez drôle au début, mais légèrement fatiguant à la fin du séjour.

IL TRIDENTE - DE LA PIAZZA DEL POPOLO À LA PIAZZA DI SPAGNA

Dimanche 18 Novembre, deuxième journée dans la capitale, le temps ne s'est guère amélioré, pas un brin d'espoir d'apercevoir un petit rayon de soleil aujourd'hui. On passe de longues minutes à essayer de comprendre le fonctionnement des lignes de bus, notre hôtel étant excentré, on doit se débrouiller pour rejoindre de manière rapide et optimale le centre-ville et les différents points que nous souhaitons visiter aujourd'hui, on s'arrête près de la Villa Borghese. Notre promenade de la matinée nous mènera de la Piazza del Popolo à la Piazza di Spagna, où une parade joue de douces mélodies. Nous nous mêlons à la foule, l'escalier de la Piazza di Spagna nous fait face, cette place est le lieu de rassemblement de nombreux visiteurs, de par sa beauté, sa fontaine et ses majestueuses marches, célèbres, que l'on peut voir dans de nombreux films relatifs à cette ville.

LE PANTHÉON

Nous choisissons de poursuivre la balade à pieds, en essayant de nous rapprocher du célèbre Panthéon. Nous déambulons au fil des ruelles, en direction du sud, les découvertes architecturales et les monuments que l'on aperçoit, à jeux de cache-cache, rythment notre exploration. C'est un vrai plaisir que d'arpenter ces rues, découvrir ses habitants, comme une conquête certaine de cette ville que l'on traverse impunément. Chaque pavé que nous foulons est une introduction à la prochaine rue, la chaussée s'ouvre sur de grandes avenues, aux immeubles et monuments toujours plus grands, toujours plus imposants. Chaque regard porté sur ces pierres est une initiation dont on se délecte.
On parcoure un bon nombre de kilomètres, qui nous transportent jusqu'à la Piazza Colonna, puis, tout doucement, nous nous rapprochons de la fameuse Piazza della Rotonda.
De-ci, de-là, nous apercevons entre les immeubles les fameuses colonnes et l'architecture qui se fait plus marquante au fil de nos pas, de l'incroyable Panthéon.
Il est là, devant nous, on ne le quitte plus des yeux, ce fameux monument que nous connaissons si bien, et pourtant si mal. Nous le contemplons de toute sa grandeur. Se trouver là, près de ses immenses colonnes, que l'on a si bien sous-estimées, elles sont trois fois plus grandes que ce que nous nous étions imaginés.
On s'en amuse, on se photographie devant les volumes de ce monument, grandiose. Puis, nous foulons le sol de son intérieur, sa coupole ouverte laisse pénétrer les rayons d'un soleil bien incertain. Le marbre nous entoure, nous sommes impressionnés par le travail effectué à la construction de ce monument, qui a traversé les âges et les époques. Son dôme, de près de quarante-cinq mètres de haut, impose sa suprématie. 
Dehors, une jolie fontaine orne la Piazza della Rotonda, de nombreux bars et restaurants se trouvent aux abords du monument, permettant au grand nombre de visiteurs de se poser ici, profitant de la beauté de cet incroyable édifice.

LA PIAZZA NAVONA

Après en avoir pris plein les yeux au Panthéon, nous continuons notre promenade vers la Piazza Navona, c'est ici que nous décidons de nous arrêter déjeuner. Cette place est très jolie, assez grande pour permettre à l'art italien de s'exposer aux vues de tous. Habillée de trois fontaines, qui lui confèrent un aspect harmonieux dans son ensemble baroque, cette place très fréquentée de Rome nous charme par son impressionnant décor architectural monumental.

LE CAPITOLE

La suite de notre journée se déroulera plus au sud, en direction du Colisée. Un impressionnant monument se trouve alors devant nous, lorsque nous arrivons Piazza Venezia, il s'agit d'Il Vittoriano, un gigantesque monument de marbre blanc, érigé en l'honneur de Victor Emmanuel II. Notre curiosité nous poussera à entrer le visiter.
En son intérieur des expositions temporaires ont lieu, mais l'on y trouve surtout LA VUE panoramique la plus chouette de Rome. On passera ici un long moment à contempler le Colisée, les vestiges archéologiques et les jolis toits romains que nous dominons.

I FORI IMPERIALI (LES FORUMS IMPÉRIAUX)

La Ville Éternelle regorge de monuments colossaux, où que l'on soit, où que l'on aille, la rencontre d'un nouvel édifice, d'une nouvelle colonne, de nouveaux vestiges archéologiques ne tarde jamais bien longtemps. Depuis la terrasse du Vittoriano, nous dominions le Foro Traiano (Forum de Trajan) et tout son complexe, comprenant notamment le Mercato Traianei et la Colonna Traiana, ce qui nous a donné envie d'aller voir tout ça de plus près. Un dédale de ruines, minutieusement entreposés ici et là, depuis des siècles... La Via dei Fori Imperiali (Rue des forums impériaux) est, sans conteste, la plus grande zone de conservation de vestiges antiques concentrés sur une rue entière. Du Forum Romain au Colisée on peut découvrir encore un grand nombre de vestiges, très bien conservés. La balade est agréable, avec toujours en ligne de mire, le fameux Colisée.
On s'en rapproche progressivement, il s'agrandit sous nos yeux à mesure que l'on avance dans la rue.

LE COLISÉE

C'est un peu celui que l'on rêvait de toucher du doigt, comme une irrépressible envie de fouler son sol, de le rencontrer, enfin. L'amphithéâtre par excellence, le plus grand et le plus beau de toute la Rome Antique et moderne. Après l'avoir contemplé toute la journée du dimanche, nous voilà de retour sur les lieux, ce lundi matin, troisième journée en terre romaine.
Nos tickets en poche, nous entrons enfin dans l'arène, on s'imagine déjà les combats de gladiateurs, et l'on comprend tout le sens de ce que l'on visite, lorsque nous traversons les enclos, autrefois réservés aux animaux, présents pour le combat eux-aussi... Colossal, c'est bien le terme, plus de 70 000 spectateurs assistaient à toutes sortes de joutes en ces lieux.
Ce colosse architectural est une œuvre considérable, le plus grand amphithéâtre jamais construit dans l'Empire Romain, il démontre bien toute la puissance de la Rome Impériale de l'époque. On appréciera de le découvrir de toutes parts, d'un côté comme de l'autre, il en impose. Aujourd'hui plutôt malmené et dans un état de détérioration important, il a tout de même traversé les années, les tremblements de terre et la vie avec bien d'aplomb.

LE VATICAN - PIAZZA E BASILICA SAN PIETRO

Il nous aurait fallu une bonne journée pour visiter le Vatican et son Musée, mais comme nous n'avons qu'un après-midi et pas de coupe-file, nous décidons de ne visiter que la Basilique St Pierre. Le musée, bien que très intéressant, demande au moins trois bonnes heures à lui tout seul, alors ce sera pour une prochaine fois.
Plus petit État au monde, le Vatican représente le monde chrétien aux yeux du monde, et, en son centre, la plus grande basilique chrétienne qui soit. En entrant dans la Cité Papale, on sent déjà toute l'effervescence des fidèles, la Place St Pierre nous accueille tout en délicatesse, en arrière plan, on aperçoit la fameuse basilique, on fera la queue un bon moment pour pouvoir la visiter.

Une fois à l'intérieur, on est émerveillé par ses dimensions impressionnantes, mais aussi par les précieux trésors qu'elle renferme, parmi eux un ensemble de mosaïques, dont l'œil ne peut se détourner. De nombreux chefs-d'œuvres sont exposés en ces lieux Saints, des monuments funéraires, statues de bronze, mais aussi la fameuse Pietà de Michel-Ange.
Le Nef m'a déjà frappé par le détail de son architecture, richement décoré de marbres, de stucs, de dorures, sculptures et mosaïques, le visiteur n'a de cesse de lever les yeux et être ébloui par tant de beauté dans le travail effectué. Mais ce qui m'aura le plus touché, est bien évidemment le fameux Dôme de la Basilique. Ce Dôme que l'on aperçoit de loin, a la coupole parfaitement ovoïdale, et ses fresques qui nous emportent dans un autre monde. J'ai été bluffée par cette coupole, elle m'a émue, touchée en plein cœur, je l'ai contemplé de longues minutes, avant de m'élever à son niveau pour l'admirer de plus près.

En effet, il est possible d'acheter un billet pour monter dans la coupole, admirer la vue intérieure, mais aussi extérieure, donnant sur la grande place et Rome. C'est là que ça devient marrant. Ou pas. 
Il existe deux possibilités : la première c'est de monter à pied (551 marches), la seconde c'est de monter une partie en ascenseur et le reste à pied (320 marches). C'es vous qui choisissez. Beaucoup de gens estiment que la faible différence de prix vaut la peine de s’économiser le tronçon initial, au cours duquel il n’y a pas grand-chose à voir, mais certains n'hésitent pas à économiser deux euros et en oublient parfois la difficulté réelle du parcours. Personnellement, on a choisi la première option ;)
Et j'ai envie de dire : fort heureusement ! 
En sortant de l'ascenseur on se retrouve sur un balcon intérieur d'où l'on peut admirer les mosaïques et les fresques de la Coupole au plus près. S'en suit alors un escalier infernal en spirale. Au début, je trouvais ça rigolo, on tournait, tournait, tournait... mais très rapidement, ma tête a commencé à tourner elle-aussi, et là c'était moins drôle... j'avais l'impression d'avoir bu de l'alcool et de me sentir mal après une cuite... Je marchais de travers, ressentais des bouffées de chaleur, bref, je crois que je suis montée un peu trop vite. 
N'hésitez pas à prendre l'air et monter doucement, l'escalier en escargot est très étroit et seulement quelques fenêtres permettent de s'aérer pendant l'ascension, qui dure au moins dix minutes Une fois là-haut, on peut enfin respirer, se remettre de ses émotions et admirer les spectaculaires vues de la place St Pierre et la ville de Rome à 360°c. 
La descente s’effectue par un autre escalier. Comptez au moins une heure pour cette visite.

Prix
- En ascenseur jusqu’à la terrasse (puis 320 marches): 7 €
- Montée à pied (551 marches): 5 €

Comment y aller ?

Ce voyage était assez improvisé pour nous, Rome se trouve non loin de la Corse, nous avons des moyens bien plus simple pour y aller qu'un vol depuis Paris. Sauf que notre voyage était à la base un voyage entre Paris et Amsterdam. Nous avons bénéficié d'une chouette offre, qui nous a finalement fait ajouter Rome à notre escapade. 
Depuis Paris, avec Al Italia ou Air France, depuis l'aéroport Charles de Gaulle (ou d'autres villes de Province) vous pouvez rejoindre la capitale italienne en seulement 2 heures pour une centaine d'euros. Pour ma part j'ai effectué un Paris-Rome-Amsterdam pour 115€ avec un retour à Paris en train pour trois fois rien. N'hésitez donc pas à regarder les multi-destinations si vous êtes intéressés par d'autres villes, ça peut parfois valoir le coup.

Budget

Rome est une ville réputée et très chère, il est difficile d'y trouver un logement à prix correct car la demande est forte tout au long de l'année. L'hébergement sera donc le poste de dépense le plus important de votre budget, une nuit en chambre double coûte au moins 100€, à cela il faudra rajouter 20 à 30€ par personne en trattoria et un peu plus en restaurant, mais il y a toujours des alternatives à cela, les focaccerie en sont un bon exemple. Il y aura aussi les visites, entrées de musées, où il sera très avantageux de prendre un carte pour faire des économies. Pour arriver en ville depuis l'aéroport Fiumicino, le train Leonardo Express coûte 14€ jusqu'à la Gare Termini. Il faudra compter aussi 14€ pour le Colisée et 28€ pour les musées du Vatican (avec coupes-files). 

Le Roma Pass pour 3 jours coûte 36€ et comprend cela :

  • Valable 3 jours jusqu’à minuit du 3e jour
  • 2 premiers musées ou sites visités GRATUITS et COUPE-FILE
  • Gratuits également les musées Accademia Nazionale di San Luca, Museo della Repubblica Romana e della memoria garibaldina (au Vittoriano), Museo Bilotti à la Villa Borghese, Museo Canonica, Museo delle Mura, Museo Napoleonico et Villa di Massenzio.
  • Tarifs réduits dans la plupart des autres musées de Rome, ainsi que les trains Roma-Lido, Roma Flaminio Piazza del Popolo-Viterbo et Roma-Giardinetti
  • Transports en commun bus, trams et métro (ATAC),
  • Tarif : 36€ (janvier 2016)

Mais attention cependant :

  • Les musées municipaux, gérés par la commune de Rome, sont gratuits jusqu’à 6 ans.
  • Les musées d’état son gratuits jusqu’à 18 ans et en tarif réduit de 18 à 24 ans compris.
  • Les musées du Vatican sont gratuits pour les moins de 6 ans, en tarif réduit pour les 6-18 ans.

Renseignements pris sur le site Roma1.com

Ce que j'ai adoré

  • Le patrimoine architectural culturel.
  • La gastronomie italienne, of course.
  • Le Colisée et le Panthéon, deux oeuvres architecturales incommensurables

Ce que j'ai moins aimé

  • Le nombre de vendeurs à la sauvette, partout, tout le temps.

À savoir

  • Renseignez-vous avant votre départ, et ne négligez pas les billets coupes-files, qui s'avéreront très utiles, notamment pour éviter la foule au Vatican, sinon faîtes comme nous, et pointez-vous un lundi vers 13 heures au pif, avec un peu de chance vous n'aurez que 30 minutes à 1 heure de queue.
  • Vous pouvez bénéficier de 4h de wifi par jours disponibles gratuitement en vous enregistrant sur www.digitroma.it ou www.provinciadiroma.it
  • Parcourir la ville à pieds le plus possible peut être une vraie bonne idée, les transports en communs ne sont pas du tout fiables, alors avec de bonnes chaussures de marches, vous découvrirez tous les recoins de la ville, les distances sont relativement correctes d'un monument à l'autre, et il y a tant à voir, au détour de ruelles inconnues.
  • Les musées d’État sont gratuits les premiers dimanches du mois.
  • Le printemps est, selon mon guide « Un Grand Week-en à » , la saison idéale pour visiter la belle Rome, mais, contrairement à ce que l'on pense, le mois d'août est tout aussi agréable, à la manière de Paris, beaucoup d'italiens désertent les lieux pendant les vacances et ce serait donc la période idéale pour y aller, mais cependant cela peut aussi signifier que bon nombre de restaurants et enseignes soient fermés à ce moment-là.

Padoune

Corsica, 28 Avenue du Mont Thabor, Ajaccio, Corse, 20090, France